En poursuivant votre navigation, vous acceptez les cookies destinés à mesurer l'audience de notre site internet.
Language selector
26 juin 2015 | Vidéo

L’urgence devant le juge administratif

Retrouvez en vidéo les 5èmes Etats Généraux du Droit Administratif

Un événement organisé le 26 juin 2015 par le Conseil National des Barreaux en partenariat avec le Conseil d'État.

A l’occasion des 15 ans de la loi sur les référés, le Conseil d’État et le Conseil national des barreaux ont fait le point sur les procédures d’urgence devant le juge administratif. Membres du Conseil d’État, magistrats administratifs, professeurs et avocats se sont réunis pour en débattre dans le cadre de cette 5e édition des États généraux du droit administratif.

Cette journée d’échanges a été l’occasion d’explorer le champ de l’urgence devant le juge administratif, au travers de quatre perspectives : « urgence et protection des libertés économiques », « urgence et droit de l’urbanisme et de l’environnement », « urgence et protection des droits fondamentaux » et « urgence et mise en œuvre des plans de sauvegarde de l’emploi ». Les travaux de ce colloque ont été ouverts par Jean-Marc Sauvé, vice-président du Conseil d’État, et Pascal Eydoux, président du Conseil national des barreaux.

« Dieudonné M’Bala M’Bala », « Google contre CNIL », « VTC contre taxis »… En 2014, de nombreuses affaires traitées dans le cadre de procédures d’urgence ont marqué l’opinion. La rapidité d’intervention du juge administratif a pu surprendre et l’opinion publique semble avoir (re)découvert la capacité du juge administratif à juger dans les plus brefs délais. Pourtant, depuis plus de quinze ans, le Conseil d’État et les tribunaux administratifs rendent, chaque année, près de 15 000 ordonnances de référé, dans des délais très brefs.

Apporter en temps utile une réponse adaptée aux litiges présentant un caractère d’urgence est précisément le but des procédures de référé. Ces procédures sont toutes caractérisées par une grande souplesse et l’importance de l’oralité. Elles permettent notamment de demander au juge des référés – un magistrat statuant seul – d’ordonner toute mesure nécessaire à la protection d’une liberté fondamentale.

> voir les vidéos

> les photographies du colloque - photographies tous droits réservés (c) Conseil d'État

> lire l'intervention de Jean-Marc Sauvé

Sélection d'actualités

toutes les actualités