En poursuivant votre navigation, vous acceptez les cookies destinés à mesurer l'audience de notre site internet.
Language selector
Accueil / Conseil d'État / Histoire & Patrimoine / Histoire d'un lieu : le Palais-Royal / Le Palais-Royal de 1793 à l'installation du Consei...

Le Palais-Royal de 1793 à l'installation du Conseil d'État

1793 - 1875

Le roi Louis-Philippe et les travaux de François-Léonard Fontaine

Jérôme Bonaparte et les travaux de Prosper Chabrol

L'incendie de 1871

L'installation du Conseil d'État au Palais-Royal

 

Le roi Louis-Philippe et les travaux de François-Léonard Fontaine

louis-philippe1793
Le roi Louis-Philippe par Louise Adélaïde Desnos. Château de Versailles. copyright RMN
La Révolution et l'Empire ne modifièrent rien à l'architecture du Palais-Royal. Pendant l'exil de la famille d'Orléans, le Palais-Royal accueillit successivement les conseils du Directoire puis, sous le Consulat, le Tribunat.

Une salle fut aménagée à cet effet en 1801. Elle devint plus tard la salle de l'Assemblée générale.

Lorsque la famille d'Orléans reprit possession des lieux, le futur roi des Français, Louis-Philippe chargea François-Léonard Fontaine de réaménager le palais. L'architecte avait déjà travaillé sous l'empire aux Tuileries où il avait réalisé la salle de séances du Conseil d'État.

Au Palais-Royal, il travailla surtout à la cour d'honneur. Il établit la colonnade le long des deux ailes et construisit, à l'est, le pavillon de Valois affecté aujourd'hui au ministère de la Culture et, à l'ouest, le pavillon de Montpensier occupé maintenant par le Conseil constitutionnel.

Enfin, il commença la galerie d'Orléans qui sépare la cour d'honneur du jardin.

Dans le bâtiment central, ses interventions furent moins importantes et se limitèrent à l'aménagement de l'appartement des ducs d'Orléans, au cours duquel il transforma la salle du Tribunat en chapelle.

La révolution de 1848 fut particulièrement destructrice pour le Palais-Royal, bien que le roi ne l'habitât plus. Les intérieurs furent en grande partie saccagés et les armes des Orléans retirées du fronton de la façade.

1848-destruction-palais-royal
Révolution de 1848 : destruction du Palais-Royal par Charles Vallet

 

Jérôme Bonaparte et les travaux de Prosper Chabrol

jerome-bonapartejpg
Jérôme Bonaparte par Abraham Constantin. Ajaccio, musée de la maison Bonaparte. copyright RMN
Sous le règne de Napoléon III, le Palais-Royal devint la demeure du prince Jérôme, frère de Napoléon 1er et ancien roi de Westphalie, jusqu'à sa mort en 1860, puis de son fils, le Prince Napoléon, qui avait épousé la princesse Marie-Clotilde de Savoie.

Les travaux d'aménagement furent confiés à Prosper Chabrol, l'architecte de la façade du Théâtre-Français sur la rue Saint-Honoré. Il refit l'intérieur de l'aile de Valois, du bâtiment central où il aménagea notamment le "Salon de la fontaine", à l'emplacement de l'actuelle salle de la section de l'intérieur.

salon-fontaine
Salon de la Fontaine (du Prince Napoléon), par Sheeton, Cosson et Fichot

 

L'incendie de 1871

Un peu plus de vingt ans après le saccage de 1848, un deuxième désastre toucha le Palais-Royal. En mai 1871, pendant la Commune, l'édifice fut incendié.

Heureusement, le dévouement de quelques habitants du quartier permit d'éviter la destruction complète du bâtiment. Cependant, l'aile droite de la Cour de l'horloge et les étages du bâtiment central brûlèrent.

incendie_24mai1871
Incendie du 24 mai 1871

 

L'installation du Conseil d'État au Palais-Royal

Le palais revint au domaine de l'État avec la Troisième République. Or le Conseil d'État se trouvait sans bâtiment depuis que le Palais d'Orsay avait complètement brûlé pendant la Commune.

Dès l'été 1871, le gouvernement décida d'installer le Conseil d'État au Palais- Royal : le bâtiment central et les deux ailes de la Cour de l'horloge lui furent attribués, ainsi qu'une partie de l'aile Valois et la salle Napoléon, dans l'aile Montpensier.

Etabli temporairement à Versailles, le Conseil d'État ne vint au Palais-Royal qu'en 1875.

Prosper Chabrol mena les travaux de restauration de 1872 à 1874. Il aménagea notamment, à cette époque, la salle du contentieux. Wilbrod, son fils, travailla quant à lui à la redistribution des espaces intérieurs. Depuis cette époque, celle-ci n'a pas sensiblement changé.

section-interieur
Nouvelle installation du Conseil d'État : Section de l'intérieur par Sheeton, Tilly et Fichot

incendie_24mai1871_detail

Sélection d'actualités

toutes les actualités